Fils de Florestal Luxène alias El Pozo, l’actuel  guitariste du groupe Klass et de Martine Mique, Master Brain est né le 8 Octobre 1990 à Lascahobas. Il n’a pas toujours aimé le hip-hop kreyòl d’ailleurs il lui est arrivé de le détester jusqu’à la tragédie des membres du groupe Barikad Crew en 2008…

 

Il a vécu en Haïti avec sa mère et son beau-père jusqu’à ce qu’il quitte le pays en 2007. Des États-Unis étant, plus précisément à Boston, il terminera son High school et passera quelques années au Collège sans pour autant le boucler ; il compte d’ailleurs y retourner. Master Brain est aussi un père de deux filles et un mari, malheureusement, en voie de finaliser son processus de divorce. Master Brain est aussi un engagé ! Il exhorte le peuple de continuer à se mobiliser pour le dossier Petro Caribe, de continuer à croire et de rester positif.

 

Concernant son nom de rappeur, l’artiste indique que son premier nom de rappeur dans son premier groupe de rap, Chadokou à Boston était Yong Boss mais ses collègues ayant remarqué son immense talent et sa rapidité en free-style le surnommèrent Master Brain. Cependant, ils ne furent pas les premiers à le surnommer ainsi. En effet, Quand il était  enfant et qu’il racontait des histoires à sa mère pour aller jouer au football, elle lui répétait souvent : « Ou panse son Master Brain ou ye ? » Une appellation qu’il n’avait pas considéré puisque le rap ne l’intéressait pas d’ailleurs il lui était même arrivé de de le détester. Il n’écoutait que du Kompa et du Rnb.

 

Ce n’est qu’en 2008 après la tragédie des membres du groupe rap le plus populaire de l’époque, BC, qu’il se tournera vers le Rap Kreyòl. Son premier idole fut Fantom. Ce n’est qu’après qu’il découvrit G Bobby, K-Tafalk, Déjà – Voo ,Dade, Big Jim : « Je me suis inspiré de G Bobby pour le coté comique, de K-Tafalk pour le vibe, l’insoumission de Big Jim, ect… J’ai donc fait la somme de tous les rappeurs que j’adore pour me donner mon originalité. »

 

Le public découvrira véritablement Mater Brain dans son featurig avec Gabèl dans « Map kenbe yes mwen ». Tout avait débuté avec sa rencontre avec T-Pachou dans un studio à Boston. Ce dernier travaillait pour un groupe Kompa, Klassik. Master Brain avait écouté le beat et a lancé un free-style. T-Pachou impressionné resta en contact avec l’artiste. De là, il commencera à travailler pour Gabèl jusqu’à, en seulement l’espace de trois mois, produire près d’une quinzaine de musiques parmi lesquelles « Paka Fè Pitit » Séduits par ce qu’ils voyaient déjà comme un hit, les membres de Gabèl avaient insisté pour cette collaboration jusqu’à ce que Master Brain accepte. Ce hit signera le retour en force de Gabèl et la mise aux devants des projecteurs d’un talent confirmé, Master Brain.

 

Après « Paka fè pitit », le rappeur est devenu très demandé ! Il a d’ailleurs collaboré avec le groupe Zenglen  sur son dernier album notamment dans « Pòt dèyè », la neuvième musique du disque. Il a aussi participé sur l’album de Mikaben particulièrement dans le troisième numéro « Kenbe m ». Il est aussi sur la dernière musique de Vwadèzil , de Nice, un groupe Kompa nouvellement formé évoluant à Boston et sans oublier Zokoko avec Roody Woodboy. Master Brain a tenu à souligner que la tension qui entourait Koudeta/Zokoko n’était pour lui que du show- biz : «  Je ne sais pas si, sous châles, il y avait des problèmes entre Roody et les autres rappeurs ayant interprété Koudeta . Pour ma part, ce n’était qu’une question de show-biz ayant donné un bon coup de pouce à ma carrière. »

 

Concernant la sortie la promesse de la sortie de son album dans la musique intitulée «  Ansyen Brain lan » soit après la coupe du monde soit le 8 octobre pour son anniversaire, l’artiste veut rassurer ses fans : « L’album est prêt mais certaines conditions ne sont pas encore réunies. De toute façon, je ne veux pas sortir un album juste pour le plaisir d’en sortir ! Les fans peuvent encore attendre. Ils auront pas mal de surprises. Il se dit heureux de voir que cette annee sest annoncee hyper productive pour le rap kreyòl : « Baky sòti album pa , Roody ap travay, Trouble fè l, Baky. Mwen, map travay ! Tout sa se pou plezi fanatik yo…poun fè game lan bè »  Aussi par rapport à 10traksyon, le rappeur reconnait qu’il s’agit d’un bon travail et explique son manque de succès par le fait que son équipe est à Boston et non en Haïti : «  c’est la raison pour laquelle mon équipe à Boston travaille à faire en sorte qu’on ait un groupe en Haïti. »

 

D’une tragédie est donc né un maitre.. et comme on dit souvent : à quelque chose malheur est bon. Pour un homme qui ne supportait pas le hip-hop kreyòl, Master Brain est en train de se faire une place de choix dans l’univers du rap kreyòl haïtien. Rien d’étonnant d’ailleurs à ce qui celui qui est un maitre à penser !

Alain Délisca

Comments

comments