Après des mois de grossesse, la rappeuse haïtienne portant le nom de Niska Garoute a accouché de son premier enfant. « Enèji » tel est le prénom que sa mère lui aurait donné. Nous lui souhaitons «  La bienvenue dans ce monde » !

 

D’après les informations qui nous sommes parvenues, ce bébé aurait plusieurs pères. Eh, oui ! Vous avez bien lu ! Plusieurs pères… Leurs noms sont les suivants : Pipo Beat, NiceBeat, Haspen Money, Jah El Maestro, Mmixx, Fred Hype, Baoli Records car ils auraient tous participé à la conception et production de ce bébé. Et ce dernier aurait aussi plusieurs parrains et marraines tels que : Rutshelle Guillaume, Baky, G Shytt, Fatima, Alan Cavé, pour ne citer que ceux-là. Un bébé bien entouré avant même sa venue au monde, hein !

 

La mère de ce nouveau né qui a horreur des « Lougarou » et qui les met tous « Atè » a confié à la presse lors de cette conférence qui a précédé la première vente signature de cet album prévue pour le vendredi 15 décembre 2017, en plein milieu de Pétion Ville, précisément, Rigaud, a quelques pas du restaurant « Aztec » que ledit album est un témoignage de ses deux dernières années. Elle a expliqué qu’à travers les 17 morceaux gravés sur cet opus, ses fans pourront connaître et comprendre les difficultés, les souffrances, les épreuves auxquelles elle a dues faire face durant ces dernières années.

 

De part ses propos, on doit s’attendre a une autre Niska sur cet album qui serait plus matûre grâce à ses expériences, plus déterminée et motivée par rapport à ses ambitions. Donc il faut croire que la Niska dans « I.C.U » n’est plus, ou de préférence  a évolué complètement.

 

Deux grandes surprises figurent  sur ce disque, Danola et Leonidas qui sont des jeunes chanteurs évoluant apparemment sous la protection de la détentrice du premier prix « Cypher HMI 2017 for Best FemaleArtist ».

 

Par ailleurs, Niska qu’on classerait avec les yeux bandés dans la catégorie « IpapHaïtien », ne livre pas un album purement « Hip Hop » car on y retrouve aussi d’autres tendances musicales telles que : du Compas, du Rabòday et autres. Nous supposons qu’elle a opté pour cette option dans le souci de plaire à tout le monde et d’apporter un peu d’elle à chacune de ces tendances musicales. Mais maintenant comment cette diversité sera-t-elle reçue par le public? Nous aurons la réponse dans les  jours à venir.

 

Pour ceux qui n’ont pas été à la première vente signature de l’album, le staff management de la « Queen of Cards » vous donne rendez-vous le dimanche 17 décembre 2017, au carré Zémès, à Thomassin 25.

 

Enfin, « Enèji » compte exactement 19 tracks parmi lesquels 3 bonus tracks, un intro et un outro, et, il sera très bien tôt disponible sur différentes plateformes numériques.

 

 

 

RPlayer

Comments

comments