Ces derniers temps, la Trap Music est très en vogue. Quasiment tous les artistes de tendance hip-hop se mettent en mode TRAP. Et les fans dansent et se laissent aller sur le rythme de la TRAP MUSIC. Mais c’est quoi la Trap Music? Quelle est son origine? Quelles sont les caractéristiques rythmiques de ce style musical? Qu’est-ce qui explique l’ascension de la TRAP  MUSIC ces derniers temps?… Autant de questions qui se posent autour de cette nouvelle tendance musicale. Plongés au cœur de la Trap Music, nous allons vous faire explorer toutes les facettes de ce nouveau style musical.

[Ce mois-ci, nous vous invitons à explorer l’univers de la Trap Music, à travers MY MUSIC. C’est une rubrique d’analyse et de culture musicale que vous propose DYNASTY HAITI en partenariat avec ÉTEND’ART. Alors accrochez-vous ! La balade musicale va commencer. ]

LA TRAP MUSIC, QU’EST-CE-QUE C’EST…?

Avant d’entrer d’emblée dans l’univers de la TRAP MUSIC, faisons un peu d’étymologie. Le terme « trap », qui vient de l’anglais, est initialement utilisé pour désigner les lieux où se pratiquaient les trafics de drogues. Les fans et les critiques commencent à qualifier ces rappeurs, dont les textes avaient pour thème central lesdits trafics, de « rappeurs trap ».

Dans le magazine COMPLEX, le journaliste David Drake écrit : « La trap, au début des années 2000, n’était pas un style mais une référence réelle aux lieux de trafic », et le terme est adopté plus tard pour décrire la « musique faite dans ces endroits ». UGK et Three 6 Mafia sont parmi les premiers rappeurs à introduire la musique trap. Ça c’est pour l’origine du mot TRAP. Mais qu’en est-il du style musical, Demandez-vous ?! Hé ben ! Voilà…

La Trap Music est un courant musical issu du Dirty South, qui a fait son apparition au début des années 2000 dans le sud des États-Unis. Notons que le DIRTY SOUTH est un sous-genre de hip-hop américain apparu aussi dans le Sud des États-Unis, plus précisément à Atlanta.

Cette tendance musicale (Le Dirty South) est lancée dans les années 1990, en réaction à la montée en puissance de la culture hip-hop dans les années 1980 à New York et Los Angeles. Cette nouvelle tendance peut être considérée comme la troisième scène majeure de la sphère hip-hop américaine, après le rap East Coast et le rap West Coast. Donc vous l’avez compris. Le Dirty South est un embranchement du Hip-hop. Une sous-catégorie musicale de laquelle est issue la TRAP MUSIC. Et justement, revenons à la TRAP, pour voir ce qui fait sa spécificité.  Mais juste avant, savourons une petite tranche de TRAP MUSIC

(FRONT BACK BY T.I FEAT UGK )

Après cette séquence TRAP très entraînante, vous vous faites sans doute une petite idée de ce que c’est la TRAP MUSIC. Vous vous questionnez maintenant sur les caractéristiques rythmiques de cette tendance musicale.

L’IDENTITÉ RYTHMIQUE DE LA TRAP MUSIC

Dynasty Promo

La TRAP MUSIC, qui est un style musical au contenu lyrique et à la rythmique particulière ; est caractérisé par une double trisomique. En musique, une trisomique est suite rythmique à trois temps dont le troisième est plus long que les deux premiers. La TRAP MUSIC comporte une double trisomique. (Soit un intervalle de : ¾ ; ¾)

Dans la TRAP MUSIC on intègre des coups de grosse caisse issus du fameux 808 (caractérisés par la présence plus importante de Sub-bass), des doubles croches, triolets et autres divisions temporelles plus rapides aux sonorités charleston, des nappes de synthétiseur et des ensembles de cordes virtuelles.

La TRAP MUSIC se différencie donc du rap par des mesures longues, un tempo plus rapide et des séquences répétitives. C’est une musique dansante avec un fond lyrique profond et une base « égo trip ». Cette tendance musicale tire son origine rythmique dans le courant du rap festif, prôné par Africa Bombaataa dans les années 80-83 ; parallèlement au MICING, un courant de rap conscient qu’a prôné Rap Brown à l’époque. [Dans un prochain article on fera l’histoire du rap et on abordera ces deux courants majeurs du hip-hop]

LA MUTATION ÉLECTRONIQUE DE LA TRAP MUSIC

La TRAP MUSIC a connu de grandes transformations à travers le temps. En 2012, grâce à des DJ de renom qui ont intégré des sonorités de TRAP MUSIC dans leurs mix; La TRAP va prendre un tournant majeur et va ainsi s’étendre à l’échelle planétaire. Des producteurs décident d’intégrer de nouveaux styles et quelques touches électroniques à la TRAP MUSIC. Ce qui donne lieu à de nouvelles tendances comme « l’acid trap », « le rap-ah-ton » et « le trapstep ». Ou encore « l’afro TRAP»  propulsé par le rappeur MHD.

 En 2003, la TRAP MUSIC commence à émerger à la suite du succès d’un certain nombre d’albums et de singles : Le second album studio de T.I., Trap Music, est un grand succès commercial, avec plus de 2,1 millions d’exemplaires vendus. Le titre phare de l’album, 24’s, est sélectionné par EA pour le jeu vidéo Need for Speed : Underground. Ou encore le titre Front Back (T.I Feat UGK ) que vous venez de savourer tout à l’heure.

Le succès de la TRAP MUSIC allait grandissant. En 2005, la musique trap bouscule l’ordre établi dans l’échiquier musical, avec la sortie du Let’s Get It: Thug Motivation 101 de Young Jeezy. L’album se trouve classer numéro deux au Billboard 200, avec 172 000 exemplaires vendus dès sa première semaine de sortie. Un véritable carton à l’époque. Et plus tard, l’album sera certifié disque de platine par la RIAA pour la vente de plus d’un million d’exemplaires.

De ces succès fulgurants sont nées l’admiration et la notoriété de la TRAP MUSIC à travers le monde. Des stars comme RICK ROSS, Kany West, Drake, Nicki Minaj, Rihana, et autres se sont plongés dans cette vague musicale. Et même des artistes réputés rappeurs conscients, comme Kery James, Youssoupha, Médine, se sont jetés dans la spirale de la TRAP. Chez nous en Haïti, c’est le même constat : des artistes comme TOBY, WENDY, MechansT, BAKY, IZOLAN, pour ne citer que ceux-là ; tous se sont entrainés dans le courant de la tendance du moment.

La TRAP MUSIC se renouvelle et devient l’attraction musicale du moment. De nos jours, tout le monde se met en mode TRAP. Alors pour rester dans la vibe, on se quitte avec une musique TRAP. Allez ! Tout monde sur la piste ! On va se “trapponer”

(WAN DANJE BY BAKY POPILÈ )

RÉDACTION : Rodly SAINTINÉ
RÉVISÉ ET CORRIGÉ PAR : Frantz Kerby MATHIEU
Copyright © Étend’Art/ Dynasty Haïti 2017

 

Comments

comments