19553144_10209328226027919_1017088611_n-e1498670593163.jpg?fit=640%2C449

7min617

Le Groupe Mambo ZilaRara High Level est fondé depuis le 13 Mars 1996 a Port-au-Prince plus précisément à Christ-Roi, Impasse Sylva par 4 personnes : FronfrelJoanis, Jean Eddy,
Altidor Léon, Jean Christian, ils faisaient parties d’une Bande de Rara portant le nom de
Si YoVle, ils ont eu l’envie de fonder leur propre groupe d’où vient le nom du groupe
Mambo ZilaRara.A l’époque, le groupe n’avait pas vraiment les moyens pour avoir le Band en grand nombre, ils ont commencés avec 4 cornets, ils jouaient dans les quartiers voisins, sous la demande des habitants du quartier, dans les animations de quartier, dans le Stade Sylvio Cator, et au fil des années ils se sont agrandis. Ils ont plus de musiciens, et ils ont de la nouvelle génération et ils ont ajoutés le High Levelà la suite du nom du groupe. Ils ont aussi augmentés les cornets à 9. De temps à autres les musiciens augmentent et les instruments aussi, ils sont passés de 9 à 18 cornets. Ils ont remportés un concours de rara qui a été organisé en 2013 à la rue Oswald Durand près de la Base de Relax Band, en 2016 ils ont participés à un autre concours de Rara organisé à Bel Air par le Staff de la Fondation Grand Black, et ils l’ont remportés, en 2010, ils se sont rendu àMiragoâne plus précisément à Payan, ils l’ont encore remportés, pendant deux annéesconsécutives, 2014-2015 ils ont participés à un Show télévisés, titréGinenNaval, ils ont aussi participés à des animations musicales au Stade Sylvio Cator pendant deux ans pour le club Aigle Noir, ils ont performés à Tabarre lors des activités carnavalesques en 2017. Pendant sept fois ils ont performés dans un championnat de Basketball au Collège CFC ACHBAC à Turgeau, pour la PNH ils ont aussi performés pendant deux fois, et Chaque année l’Ambassade Américaine organise le carnaval des étudiants à l’ambassade et Durant deux années en dates précises le 5 Février 2016 et le 24 Février 2017, ils ont performés pour le grand plaisir des jeunes qui y participaient, il y avait une foire artisanale au Collège Marie-Anne, le groupe avait performer, Au Parc Sainte Thérèse, à la fête de drapeau à l’Arcahaieet cinq fois pour la Radio-TéléMégastar àNazon, Carrefour Samida. Et pour le moment ils ont des perfomances en cours.

Le groupe Mambo Zila High Level, met sur le marché de la musique plusieurs méringues carnavalesques, et ceux qui ont le plus de succès furent 4 méringues: en 2013, la méringueMarigèlin, en 2015, la méringueNouRezyeYo, en 2016, la méringueKoveYap fè et en 2017, la méringueAwousa An Kachèt, Durant les périodes de Rara, le groupe donne des prestations tous les samedis,les répétitions se font régulièrement tous les Week-end.

Actuellement le Groupe Mambo ZilaRara High Level estgéré par 13 personnes, Le staff directoire :
La Présidente: Gladys Louissaint
Le Vice-President: Anderson Jean François
LeSecrétaire: Davide Auguste
Le Manager: LobensonFerus
Le Délégué: Jean Rodney
Les Relations Publiques: Patrick Sevrin, Darbouze Adenauer
Le Responsable de la Logistique: Peterson Louissaint
Le Trésorier: Jean Eddy
Les Conseillers: AltidorLéon, Carl François, Jean Christian, Jean Clania

Le groupe comporte 29 musiciens et certains parmis eux font parties du comité; lesmusiciens qui jouent:
D Haiti Bendji né le 24 Septembre 1989, instrument joué Cornet
Edickson Jean né le 03 Octobre 1980, instrument joué Cornet
Wooden’s Jean Baptiste, né le 14 Fevrier 1996, Instrument Joué cornet
Peterson Louissaint, né le 22 Juin 1982, instrument joué cornet
James Charles, né le 02 Novembre 1990, instrument joué Cornet
Peterson Dimanche, né le 20 Décembre 1990, instrument joué Caisse Roulante
GanelDessources, né le 19 Novembre 1983, instrument Joué Tambour
Anderson Raguel né le 27 Juin1983,instrument joué Bambou
Camille Aurilas, né le 16 Juillet 1978, instrument joué, feuille de Cymbale
Junior Adonis, né le 15 Aout 1982, instrument jouéCymbale
Jean Vladimir Dauphin, né le 16 Mai 1986, instrument joué Bambou
Moise Calito, né le 02 Fevrier 1991, instrument jouéTrompette 1
Nozil Charles, né le 18 Novembre 1980, instrument joué Cloche
Saphyrmonde Benjamin, née le 31 Aout 1999, 2eme Chanteuse, danseuse
Claude Jean, né le 29 Mai 1990, instrument joué Tchatcha
Kessie Mileus née le 18 Decembre 1993, instrument joué Chanteuse et Danseuse
Junel Saint-Louis né le 20 Novembre 1988, instrument joué Tambour
Isaac Edeline , née le 21 Septembre 1988, instrument jouéGuirasGraj
Johnny Jacques né le 23 Mai 1984, instrument joué Trompette 2
David Hérold Pluviose né le 23 Juillet 1996, instrument joué Trompette 1
DimitryAdajustené le13 Juin 1988, instrument joué Trombone 2
Marc-Antoine Vertus né le 17 Octobre 1971, instrument joué Marimba 2
Erry Junior Paul né le15 Octobre 1981, instrument joué Marimba 1
Jean-Junior Victor néle 06 Juin 1986, Tchatcha
Johnson Elysee né le 24 Septembre 1985, instrument joué Cloche 2
Voltaire Louvelt né le 24 Novembre 1981, instrument joué Cloche 1
Luckner Célicourt né le 31 Mars 1983, instrument joué Guiras Graj
Dimitry Junior Pierre né le 01 Mai 1994, instrument joué Cloche
Patheley Andrieux ne le 21 Janvier 2003, Tchatcha et Danseur

Le groupe Mambo ZilaRara High Level, offre à son public un plaisir authentique et l’ambiance est toujours à point.


15731902_389738788032427_303222800313489652_o.jpg?fit=820%2C1024

5min463

Mmixx, de son Vrai Nom Desjardins Marc- Arthur Fils est né le 5 Janvier 1989 à Port-au-Prince. Il a grandi à Port-au-Prince plus précisément à la rue Chavannes. Il a fait ses études élémentaires à l’école frère André de Delmas 29 et ses études secondaires au Collège Canado Haïtien mais il a terminé ses études classiques au Collège Classique d’Haïti en 2008. Pour ses études universitaires, Il a été à l’Institut Universitaire Quisqueya-Amerique [UNIQUA] d’où Il a eu son bachelier pour les Sciences Informatique en 2012.
Dès son plus jeune âge, devenir DJ a été son plus grand désir. De 2003 à 2005, il a fait ses débuts en tant que DJ. De là il est devenu un remixer puis un beat maker/Producer. Mais sa toute première connexion avec le monde de la musique a été son tout premier boulot comme metteur en ondes au sein de la Radiotélévision Caraïbes. Sa première production date de 2005. Elle a été de 3Z un groupe peu connu dans son tout premier Studio, Mmixx Prodz. Il n’est seulement Beat maker, il est aussi producteur. C’est un amant de la musique, il a sacrifié son bachelier pour ne faire que de la musique. Le studio c’est sa vie, en fait mon gagne-pain.
Célibataire, il n’a pas encore d’enfant. Il consacre la majorité de son temps à la production musicale et à la gestion de son Studio d’enregistrement Mmixx Prodz. Comme Passe-temps, il se donne aux Jeux Vidéo et au cinéma.
Comme Producteur, son tout premier hit Single est Pa Pale K*K* une collaboration de plusieurs artistes en 2008. Et ensuite vient Deplase la de FANTOM en fin 2008 qui a confirmé son talent en tant que BeatMaker /Producer. Il a déjà travaillé avec pas mal d’artistes dans l’industrie de la musique haïtienne tels que : Fantom, Izolan, les rappeurs du groupe Blood Camp, Blaze one, PIC, G-Bobby Bon Flo, Rutshelle Guillaume, Queen B pour ne citer que ceux-là. Il a déjà pas mal de succès pour ses dix ans et plus dans la musique. Parmi ses plus grands succes, on peut citer : Deplase la et Men Nonm Nan de Fantom, Jeneral, Fèmen Bouch Yo, Ou Pa Anyen Nan Zòn Nan et Pa Konn Anyen de Izolan.
Pour le moment, il travaille sur plusieurs Projets : le quatrième album de Barikad crew, le tout premier album de Blood Camp et le projet de 3 Gwo Wòch. Son plus grand rêve pour l’industrie de la musique haïtienne est que nous ayons ce qu’on appelle “Music Industry”. Une structure où les artistes, les producteurs, et tout professionnel faisant partie du système pouvant avoir des rentrées pour leurs travaux en musique qui les permettront de vivre avec une certaine aisance comme tout autre professionnel. Il veut aussi que nous ayons de vraies compagnies de distributions. Et que les labels seront plus que sérieux. De là, les artistes auront beaucoup plus d’opportunités et tout le système musical haïtien sera en équilibre pour favoriser son expansion.
Comme message pour les Jeunes qui souhaitent intégrer l’industrie de la musique, il leur demande de boucler leurs études avant d’intégrer la musique et d’avoir toujours une porte de sortie pour votre avenir parce que c’est trop risqué la musique en Haïti
Pour ceux qui l’aiment, il leur demande de ne pas y arrêter parce que normalement il vit de ça. Et ceux à qui il inspire il leur demande de travailler beaucoup plus car c’est là qu’est la clef.


Technical SupportJune 7, 2017
RHINO-poster-add-1-1-e1496845413598.jpg?fit=663%2C1024

5min894

Né le 11 avril 1983, Wesner Shawn Guerrier, est connu sous le nom de Rhino G. Il est un rappeur haïtien évoluant aux Etats Unis d’Amérique et est bien connu dans sa communauté comme l’un des plus talentueux artistes du rap haïtien.

À l’âge de 15 ans, Rhino G a commencé à rapper et a eu sa première prestation publique de rap à 16 ans dans un spectacle de talent à l’école qu’il fréquentait. Ainsi, il a commencé à évoluer avec ses amis et rappeurs locaux à Nashville dans l’Etat de Tennessee.

 

En 2007, il a produit son premier mixtape “The come up”, et depuis, le rap fait partie intégrante de son histoire et de sa vie. Son premier single, “Big Money”, a connu un succès qui l’a mis sous les feux des projecteurs. Rhino G, étant un artiste déterminé, est sorti personnellement dans la rue et a vendu plus de 3.000 exemplaires de sa première mixtape. Le hit Big Money a été beaucoup joué dans les clubs par les DJ les plus populaires à Tennessee et à Atlanta en Georgia.

Après cette première mixtape, pour des raisons personnelles et familiales, Rhino G a pris une longue pause dans sa carrière de rappeur. Trop passionné de la musique, l’artiste a repris en 2011 le chemin des studios pour enregistrer toute une série de chansons créoles dont Layite, une chanson très dansante et Fresher, un pur rap créole video-clippé. Par ces nouvelles chansons, Rhino G s’est lancé complètement dans le rap créole.

Le chanteur a toujours représenté son pays à travers sa musique, ce qui a expliqué son choix d’embrasser le rap créole pour faire passer ses messages positifs à la jeunesse haïtienne et transmettre un autre feeling aux amants du Rap en Haïti.

 

En 2016, Rhino G a publié une chanson de carnaval accompagnée de sa vidéo intitulée « Pa metem Ladan’l ». Cette meringue carnavalesque a connu un bon succès sur les ondes des stations de radio et des chaines de télévision à Port-au-Prince et aux Gonaïves. Juste après cette meringue, l’artiste a lancé un mégatube titré « Priye pou mwen », réalisé en collaboration avec le rappeur très connu du groupe Barikad Crew, Fantom. Jusqu’à nos jours cette chanson continue à gravir les échelons du succès.

 

Au cours de cette même année, en collaboration avec le rappeur très connu, Blaze One et son jeune neveu rappeur, Flako, il a lancé la chanson « Di’m Ki Prezidan ». Cette chanson est une série de questions que les artistes se posent sur l’identité du président qui apportera le changement au peuple haïtien. C’est dans un contexte électoral en Haïti que cette chanson a été produite. Quelques semaines après, Rhino G allait charmer le grand public avec un nouveau hit baptisé « Ki Melem Avek Yo », chanson très rythmée sur laquelle les amants du rap peuvent bien bouger. Depuis lors la production musicale du rappeur est permanente. Des chansons telles que « Amen », « Brase Lajan » et « Pitit Mizè », toutes video-clipées, ont été lancées sur le marché entre fin 2016 et début 2017 pour le plaisir des amants du Rap Créole.

 

Rhino G promet aux fans et au public du rap, d’enrichir ses répertoires durant toute l’année 2017 de manière à s’imposer dans l’industrie musicale haïtienne. La musique de Rhino G est un mélange du Hip Hop américain et du vibe haïtien réalisé pour propulser, à l’échelle internationale, le rap créole. L’artiste évolue sous le label « Gangster bagay » qui opère à la fois en Haïti et aux Etats Unis d’Amérique.


Cleeford RaymondMarch 17, 2017
14064229_1062833923792394_1915097264583446491_n.jpg?fit=433%2C432

2min1502

Ne en 1987, Yvenel Luzincourt est aussi connu sous le sobriquet de Bidji Lcourt. Bien qu’il ait grandi a Carrefour Feuilles, Port-au-Prince, Haiti, Bidji est ne a Verettes, une ville de l’Artibonite d’ou ses parents sont originaires.

Bidji a complète toutes ses études primaires et secondaires au Collège NCF en 2007. Il a pu poursuivre ses études universitaires en République Dominicaine grâce à une alléchante opportunité qui s’était présentée pour un programme de communication. La, il a manifeste une nouvelle passion pour le broadcasting en travaillant comme animateur pour une station de radio. Il investiguait et s’intéressait à toutes les bonnes offres de cette industrie.

Conscient de la situation des jeunes de son pays, Yvenel a également fondé une organisation qui aurait pour but d’encourager une certaine moralité chez eux tout en promotant l’égalité et la justice sociale. Cette organisation connue sous le nom de Koze Jeune Haiti (KJH) avait pour devise “pour les jeunes et par les jeunes” et visait toutes les possibilités lites de promouvoir l’éducation cation a tous les niveaux.

En 2010, lors du monstrueux tremblement de terre qui avait dévasté ste Haiti, Bidji a du se rendre a Miami pour entamer une nouvelle vie. A Miami, il a du faire face à de nouveaux défis qui l’ont contraint à se diriger dans de nouvelles branches pour s’assurer le bien être de sa famille. Il s’est inscrit dans un programme de deux ans où il souhaite décrocher un diplôme d’infirmier.
Aujourd’hui Bidji vit à Boston, Massachusetts et de temps à autre, il se plonge dans la musique espérant apporter une nouvelle méthode de musique pour la communauté haïtienne (HMI).


Technical SupportMay 29, 2015
Toby_.jpg?fit=1024%2C504

13min13182

TobyTOBY, de son vrai nom Owen Martinez FAVA, est un jeune artiste haïtien évoluant dans le rap music; Né à Port-au-Prince, le 3 Novembre 1990, à l’hôpital Asile français. Trois années plus tard, à cause que son père Mr. Jean -Sylvestre FAVA, membre des Forces Armées d’Haïti à l’époque, a été transféré au cap haïtien, dans le cadre de ses services militaires; Owen a du quitter la capital pour aller vivre dans la deuxième ville du pays, ville originaire de sa mère, Mme Elizabeth LOUIS.

De là est née sa passion pour la rythmique. Son penchant pour la musique lui a été insufflé particulièrement par sa tante, qui était choriste dans une église évangélique. Et très tôt dans sa jeunesse, ses talents d’artiste, jusque-là balbutiants, allaient se révéler au sein de la Choral enfantine de l’église adventiste de BÉTHANIE du cap haïtien. Surement il a hérité ses gènes de musicien de son grand père, (Toby), guitariste troubadour. Sa ressemblance hallucinante avec ce dernier lui a valu le sobriquet “TOBY” qu’il porte aujourd’hui comme nom d’artiste. Par pure coïncidence, Son cheminement dans le RAP reflète de très près le parcours musical de son grand père… On peut dire que TOBY est, ce qu’on pourrait appeler, un RAPEUR (TROUBADOUR).

Depuis tout petit, à l’école primaire du Collège Le Phare, son côté poète allait se manifester. Il s’est mis à écrire des petits poèmes pour charmer les filles de sa classe. (Fieffé galant qu’il est…) Et très vite il se confirme comme un Street-poète lyrique, qui jongle avec des vers qu’il entonne nuit et jour sur tous les pavés de la cité CHAUVEL.

Une carrière d’artiste qui se profile à l’horizon À l’âge de quatorze ans, alors qu’il était en neuvième année fondamentale au Collège Pratique du Nord; il s’est fait connaitre au grand public dans une prestation hors pair, lors d’un spectacle culturel: HOT SATURDAY, organisé par le comité central du Collège. Et ce jour, il était devenu la STAR de l’école. Sa popularité se hissait aux cimes du vedettariat. Et dès lors débute sa carrière d’artiste, puis s’enchainent une pléthore de prestations de quartiers en quartiers, de villes en villes. C’était le premier pas d’une belle aventure qui se renouvelle à chaque nouveau “SON”, à chaque nouveau “HIT” de la pépite du Cap. Le grand Nord, toujours réputé pour être un creuset de talents dans divers domaines, a vu s’épanouir la nouvelle étoile du rap-game haïtien. Valsé entre rêve d’enfant et son amour pour l’art de rue, TOBY a du bravé les interdits pour vivre sa passion. Nonobstant les contraintes érigées sur son parcours, tant par sa famille, trop religieuse pour accepter ce style; tant par la société, bien trop conservatrice pour s’ouvrir à une telle culture. Mais, il a su poursuivre ses rêves et porter très haut l’étendard d’une jeunesse assoiffée d’une liberté de penser, de faire qu’il exprime à travers ce chant lyrique rythmé de poésie, qui est le RAP. La route était longue et difficile, mais sa passion pour son art ne le cédait à rien… Sa détermination était payante. Se refusant de rester calfeutré dans une “starité” puérile, il peaufine nuit et jour son talent pour continuer de plaire à son public et tente, à sa façon et grâce à son “géni-rap-istique”, de hisser le RAP haïtien à un standard international. Quand la passion se fait profession… D’un hobby est né un véritable métier.

TOBY, qui jadis rappait que pour plaisir, va trouver dans le rap un bon moyen de s’exprimer, d’extérioriser son idéal et de parler, à travers sa MUSIQUE, pour tous ceux qu’on écoute pas. Si avant il rappait que pour tuer le temps, dorénavant il rappe pour éveiller la conscience morte des gens. Avec son style unique, sa voix vibrante et pénétrante, son esthétique littéraire, son “FLOW” et ses “PUNCHLINES” TOBY impose un RAP qui trône, et qui détrône… Ce qui fait que tous les amateurs de rap (ou de simples mélomanes qu’ils puisent être); sont unanimes à reconnaitre que son talent résume toute la beauté du vrai RAP. <<On peut ne pas aimer l’art qu’il pratique, mais personne ne peut nier son indiscutable talent d’artiste. >> Depuis ses premiers pas dans la street-music, Mr. VIBE SOU VIBE, comme le public le surnomme aujourd’hui; s’érige comme ” IL CAMPEONE” dans le rap-game.

À seulement 17 ans, il était déjà connu comme le rappeur le plus talentueux du collectif CTMC: Collabo True MCs, avec lequel il est entré pour la première fois en studio et a enregistré un “HOT SOUND” titré: “SA PI CHO”. Son aventure avec ce collectif n’a duré que 2 ans (entre 2008 et 2010). Et lui, il a décidé de continuer sa route en solo. Et là, il a signé son tout premier “HIT” personnel: intitulé: “ANBAKÈ” dont le succès débordant a embarqué tous les fans du rap dans une espèce d’adulation sans fin pour le phénomène TOBY. C’est de là qu’est issu son AKA: TOBY ANBAKÈ. Le succès allait etre grandissant pour lui, et sa popularité avec.

Le Rappeur/ Animateur de radio à l’époque, à “PARADIS FM” a continué de susciter de la frénésie populaire à chaque nouveau SON. Fin 2010, il a intégré “NORTH SIDE”, un collectif réunissant les meilleurs MCs du département du Nord. Et c’est là qu’il allait montrer à tout le monde toute l’entendue de son talent d’artiste. Rappeur/ Compositeur/ Arrangeur/ et ses heures, Batteur; le passionné du: “VIP… PIP…” a conquis l’admiration de plus d’un grâce à son arc d’artiste à mille et une cordes.

Du RAP au RNB en passant par le DANCE HALL, l’ELECTRO, TRAP MUSIC, TECHNO; TOBY explore toute la palette de la dance Flor de la musique urbaine, fusionne les RYTHMES et les STYLES, pour produire un son susceptible de plaire à tous les goûts. En solo ou en featuring, la STAR montante du RAP n’hésite jamais d’épater tout le monde; Des fois même jusqu’à en choquer quelques-uns. Avec “TI DOSYE”, une musique très controversée pour son caractère osé; TOBY a défrayé la chronique, embrasé la sphère médiatique. Mais il s’est aussi fait quelques ennemis au passage. (Tout Sa w Tande a, Anvi Parèt Wiiiii…, dirait-il, à propos de ses détracteurs).

Malgré les médisances accrues et toutes les chamailleries dont il fait l’objet, TOBY est resté ferme à ses convictions et surtout, toujours fidèle à son art et son idéal: <<Chanter la “STREET-REALITÉ”, quitte à déplaire certains. >> Le BUZZ qu’il provoque sur internet, les réseaux sociaux, et toute l’attention populaire qui se focalisent sur sa personne; ont donné un tournant déterminant à sa carrière. Désormais, il ne rappe plus pour RAPPER, mais pour donner un vrai sens à sa vie et faire vivre sa passion. On peut dire qu’il professe un ART dont il fait aujourd’hui sa préoccupation première. Son métier! Depuis lors il fait du RAP-BUINESS, et donne un ton plus sérieux à son art. Avec des textes bien plus profonds, et une qualité littéraire plus prononcée et remarquable, TOBY tutoie le champ du RAP conscient et agissant, et toujours sur des rythmiques percutantes, un FLOW dansant et diversifié. En 2013, convaincu de cet avenir prometteur qu’il lui sourit à l’horizon, l’artiste a décidé de miser sa vie sur le RAP en jouant quitte ou double ses rêves. Quel fou, dirait-on! Cette décision n’était pas pour le moins facile à prendre…! Il a dû abandonner ses aspirations personnelles et celles de sa famille pour s’adonner à sa passion et se consacrer à l’art urbain qui, pour certains, est trivial et n’a aucun avenir. Alors qu’il était étudiant en deuxième année en sciences informatiques à INIQUA, il a vu son aspiration d’ingénieur le céder à sa passion pour le HIP-HOP. Il est donc totalement imprégné par tout ce qui est STRREE-ART: Free-style/ Graffiti/ DJ ring et autres.

Dans sa course pour réaliser ses rêves de STAR, Owen a côtoyé nombre de labels: Certains de bonne foi et d’autres un peu moins; avant qu’il se soit engagé avec BLACK FAC MUSIC (BFM), label avec lequel il a signé un MAXI-SIGLE titré: “Mic Check”, disque sur lequel sont inscrits des titres comme: PA KA ZANMI FI/ TÈT SOUKE/ MIC CHECK/ HBD/ ROUGE ET BLEU. Le contrat, qui devait normalement durer une année, a été résilié à cause que l’artiste n’était pas totalement satisfait du management qui lui a été offert; et pensait que c’était mieux qu’il promeuve lui-même sa carrière d’artiste.

Seul, TOBY entame une petite tournée médiatique et a fait vibrer les ondes FM avec sa VIBE entraînante. Puis s’enchaine toute une série de featuring ici et là tantôt avec BAKY; SQUADY; WENDY pour ne citer que ceux-là.

La saga continuait son chemin. Et TOBY, grâce à son génie a su attirer tous les regards de la communauté HIP-HOP sur lui. Plusieurs labels de la place lui font des offres plutôt alléchantes. Alors qu’il était en pour parlers avec TRAKA MUSIC GROUP (TMG), suite à la sortie de son track “MANIPULATION” avec WENDY; TOBY a été contacté par RKM, une grosse pointure dans le RAP-BUINESS haïtien. Après les démarches et discussions nécessaires, Owen Martinez FAVA a finalement signé avec RKM Recordz en AVRIL 2015 pour débuter une aventure musicale palpitante. TOBY, Une histoire passionnante qui commence et promet bien des surprises…!

 


Technical SupportMay 29, 2015
JaydeeB1.jpg?fit=847%2C441

4min2413

JaydeeBDe son vrai nom Jerry Laguerre, il est plutôt connu sur le nom Jaydee-B, née le 08/02/87 à P. ville, grandit d’une famille chrétienne et amoureuse de la musique.

Jay a fait ses études primaires au Centre Classique Don Bosco de Pétion-Ville et ses études secondaires au Grand Collège Concordia à Delmas 89.

Par la suite, Jay a fréquenté l’info Master pour une formation en Marketing Management et L’UNAPEC à St. Domingue pour une étude en communication.

Le parcours musical de Jay s’est débuté à l’église a l’âge de 7 ans, car issu d’une famille chrétienne et mélomane, il s’est vu intégrer une choral comme soliste.

Apres cette expérience à l’église, jay était animé désormais par l’envie de se lancer comme artiste dans le domaine du Hip-hop et plus précisément le « RNB ». De là, il entame avec son premier single titré : « Special love » en 2003.

Jay, voulant se mesurer aux autres artistes de sa génération, a tenter sa chance pour participer au concours de West-I Entertainment a Planet Kreyol, en 2005 ou il finissait en premier place remportant ainsi le premier prix dudit concours pour la catégorie de RNB avec son deuxième single de l’époque, titré : « Baby tell me ». Apres de multiples offres venant des groupes musicaux qui ont été fascinés par le talent pur de Jay, il a finissait par intégrer celui de A5 et ensuite  Dream Team. Groupes avec lesquels il allait connaitre un parcours assez intéressant jusqu’au moment il devait quitter Haïti pour aller découvrir d’autre horizons et exposer son talent a d’autres public.

En effet, après le séisme de 2010, Jay s’était rendu en République Dominicaine pour préparer son premier album et une mixtape sur demande de ses fans. C’est à ce moment-là qu’il allait rencontrer les responsables du groupe G7 Family. Avec ces derniers, une nouvelle aventure a commencé pour Jay ou il allait offrir au grand public et spécialement aux mamans, un titre : « pou ou manman » qui jusqu’à nos jours fait son parcours auprès des consommateurs de la musique en générale.

Le parcours de Jay en République Dominicaine ancre sur des tournées réussies et de collaboration fructueuses avec des jeunes artistes dominicains. Jay a su se faire une place dans le monde de la musique urbaine au point d’être convoité par plusieurs labels. Finalement, après avoir été convoité par RKM Recordz, un label qui s’est fait connaitre par son savoir-faire et sa bonne gestion des artistes évoluant sous son couvert. Jay a fini par accepter les conditions dudit label et signer son contrat au mois d’avril 2015.

 


Technical SupportMarch 6, 2015
tdoz.jpeg?fit=922%2C1024

4min2901

Il t'dozest né à Ouanaminthe, Haïti et issu d’une famille parmi les plus prestigieuses musicalement et socialement engagée de l’île. Il est le petit-fils de Théodore Beaubrun, l’un des premiers tambourineurs de renom en Haïti et fils de Théodore Beaubrun Jr. dit Lòlò et de Mimerose dit Manzè, fondateurs du groupe Boukman Eksperyans créé dans les années 70 et à l’origine de la musique « racine ».

Naturellement doué, Ted écrit sa première composition à l’âge de 6 ans. Autodidacte et talentueux percussionniste, il maîtrise plusieurs rythmes du vodou haïtien au tambour et sa virtuosité lui vaut de rejoindre la formation de ses parents à 12 ans et d’accompagner Boukman Eksperyans lors de tournées internationales. Ted s’enrichit musicalement et collabore aux sessions d’enregistrement et aux vidéoclips, révélant ses aptitudes d’arrangeur et de producteur et devient l’arrangeur principal de Boukman Eksperyans en 2008.

Installé depuis des années à Genève où il a effectué ses études d’ingénierie HES, la musique est restée sa vocation et l’a conduit à réaliser plusieurs albums comme producteur, à animer des stages et à composer la musique de films.


Son style musical ? Le Vodou Pop !

Imprégné de sa culture et élevé dans la musique, T’dòz amène une nouvelle sonorité world, un son contemporain, voire avant-gardiste et innovateur, ralliant les rythmes du milieu rural d’Haïti tirés du vodou, à la modernité pop et urbaine, créant ainsi le «Vodou Pop». T’dòz s’inspire aussi des valeurs paysannes et marque ainsi son attachement et son respect à cette population qui est l’âme conservatrice des rythmes et des sons hérités de toutes les influences africaines du temps de l’esclavage.Musicien accompli, compositeur de ses mélodies, T’dòz chante de sa voix vodou, où le sacré du monde paysan s’invite, en s’accompagnant lui-même à la guitare ou au piano qu’il dose avec soin au tambour. Tout au long de son identité nouvelle, sans renier pourtant l’héritage culturel et musical de Boukman Eksperyans, T’dòz s’est créé son propre univers musical et a conquis un public grâce à sa musicalité et son charisme naturels.


Technical SupportMarch 6, 2015
DRZ11.jpg?fit=640%2C640

7min9527

Drz-AlbumDIEUDONNE Rudy dit « DRZ » est né le 22 décembre 1982 au Cap Haïtien á la rue 8 F. Très tôt après sa naissance, avant même de faire ses premiers pas ses parents, Dieudonné Bleuette (mère) et Dieujuste Caneste (père), sont venus habiter á Port-au-Prince où il a été baptisé á l’église Saint-Joseph de Portail Saint-Joseph. Il a débuté ses études classiques au collège Jean-François Cauvin oú il a fait une partie de sa primaire ensuite le lycée Alexandre Pétion pour boucler ses études primaires. Il a fait la secondaire au Nouveau Collège Moderne, collège Leo Defay, vision continentale et encore collège Leo Defay pour faire sa classe de première et laisser tomber les études.

Depuis l’âge de 11 ans, DRZ était déjà fans de rap quand il écoutait ORS, Master Dji et des groupes du hip hop américain. Passionné par ce genre de musique neuf (9) ans plus tard il s’est décidé de se lancer dans le rap pour devenir une star. Alors, ses premiers « flow » craché sur un track, a été un featuring avec le groupe « Clan militaire » de Martissant, titré « la vie ou la mort ». Cependant, il faisait déjà partie de son premier groupe AS (agent secret) pour rejoindre ensuite Sélection hip hop, KNG, ROOTS NEG tous des groupes de son quartier qu’il considère comme étant juste des expériences et le chemin qui lui a conduit enfin à rejoindre en 2008 le groupe NGS (Nouvelle Génération Squad) qui lui a valu son succès dans le rap. Ses débuts n’ont pas été faciles, les critiques du publique de son état de « neg lari » ses faibles moyens de lui procurer de beaucoup de fringues etc. Malgré tout, il ne s’est pas laissé emporter par ses critiques. Il s’était vite adapté au groupe en retrouvant Hurry qu’il a déclaré être son meilleur pote au sein du groupe et d’autres bons rappeurs comme Blaze one, Max fly, Tenace qui tous avaient toujours l’ambition d’être le meilleur sur le track. Une sorte de compétition qu’il considère comme ce qui leur a permis de faire du succès. Dés son arrivée dans le groupe il a fait part de l’idée de « Non chef » en réalité aux mauvais comportements des policiers de l’époque vis-à-vis des rappeurs et jeunes du ghetto. Aussi, durant son passage dans le groupe, il a réalisé trois (3) carnaval, un album (14-7 19) en décembre 2009 dont les deux (2) chansons titrés « Temptation et Bloods and crips » sont ses réalisations solo sur l’album. Suite a l’album, NGS n’a pas resté longtemps uni à cause d’une mauvaise décision de leur manager Mr. Beauvoir. Ce qui a conduit la majorité des rappeurs du groupe à partir se lancer dans la carrière solo. DRZ, lui aussi, dés lors s’est lancé dans sa carrière solo qui lui a permis quelques temps après de réaliser son album « La voix de Dieu » sortit le neuf (9) mars 2013. C’est un album de dix neuf (19) track sur lequel on trouve son track préfère « Neg lari ».

DIEUDONNE Rudy alias « Zonzon » définition de son nom d’artiste DRZ en dehors du rap, est un artiste peint, graffitiste et tatoueur. Actuellement célibataire et père de deux (2) enfants c’est quelqu’un qui aime et apprécie tout le monde  mais qui ne tolère pas la trahison. Il préfère le Blue, aime les films d’horreur et d’action, les rap durs. Son groupe musical préfère ONYX un groupe de hip hop American, sa star préférée Papoose du hip hop américain ainsi que EZ 1 ancienne star du « rap kreyol ». Sa ville préférée est le Cap Haïtien. Il rêvait de devenir artiste peinte, et musicien depuis tout petit. Il a commencé á fumer de la cigarette á l’âge de 20 ans pour la laisser plus tard au profit du « Bon vét » ce qu’il pratique maintenant. Il a été arrête quatre fois, trois fois en garde a vue (anti-gang, pompier, oméga) et un mois 21 jours au pénitencier national d’Haïti. Sa plus grande déception fut en 2008-2009 où il a passé une vie de rue, mais qu’il est quand même fier d’avoir fait cet expérience. Sa plus grande réussite c’est son succès dans le « rap kreyol » qui lui permet aujourd’hui d’avoir une différente de celle de son passé. Son plus grand rêve c’est de laisser son nom dans le rap comme 2 PAC, BOB Marley… son message pour les jeunes c’est de rester positif, éviter l’alcool, la drogue  et de faire des études…

                                                                                                                        Raymond Cleeford



About us

C’est le site web de Dynasty Haïti Entertainment évoluant dans le secteur du divertissement avec des spécialités branchées sur la musique, le sport, le tourisme et toute autre chose relative avec la culture haïtienne avec seule exception la politique.


CONTACT US

CALL US ANYTIME



Latest posts



Newsletter


Categories



© Copyright July 2017 by Dynasty Haiti Entertainment. Designed by iBABDesign.


X